Pas d’industrie 4.0 sans fréquences industrielles

CHRISTIAN JUNG

Tout le monde parle du nouveau réseau de téléphonie mobile 5G. Il est communément admis que la 5G doit être rapidement mise en place, permettant la réalisation de l’« Internet des objets » si souvent invoqué. La première étape sera la mise aux enchères des fréquences, prévue pour le printemps. Nous associons pourtant trop souvent la 5G uniquement à des applications grand public, comme les réfrigérateurs intelligents et la voiture autonome, alors que dans une économie sociale de marché concurrentielle, cette nouvelle norme est encore plus importante pour l’industrie.

Pourquoi ? Les grandes entreprises et les PME veulent pouvoir utiliser cette nouvelle norme directement, sans être obligées de passer par un opérateur de téléphonie mobile. Le mot clé à cet égard est l’« industrie 4.0 », c’est-à-dire tout ce qui, à l’avenir, sera lié à la fabrication de produits, de machines, de véhicules et de systèmes, et comprendra également la production de contenus média et l’événementiel. Cela présuppose que l’industrie ait un accès sûr aux fréquences 5G.

L’Agence fédérale des réseaux a réservé à cet effet une bande de fréquences de 100 MHz comprise entre 3,7 et 3,8 GHz, qu’elle n’attribuera pas à la téléphonie mobile. C’est une bonne nouvelle pour les entreprises allemandes et dans ce domaine, l’Allemagne voit plus loin que beaucoup d’autres pays. Mais on s’aperçoit déjà que ces 100 MHz seront loin d’être suffisants.

„Pas d’industrie 4.0 sans fréquences industrielles“ weiterlesen