La pénurie de fréquences sonne-t-elle le glas des productions théâtrales et des foires et salons ?

Christian Jung, député FDP au Bundestag, a rencontré des professionnels du secteur culturel et créatif à Karlsruhe / les responsables politiques sont encore très peu informés de la pénurie de fréquences pour les micros HF

Karlsruhe/Berlin. Christian Jung, député FDP au Bundestag, a effectué en décembre 2018, en compagnie de représentants des industries culturelles et créatives, une visite d’une journée à Karlsruhe et dans sa région, afin d’évoquer les problèmes liés au risque de pénurie de fréquences pour les micros HF. « La future utilisation de la 5G est sur toutes les lèvres. », a déclaré Christian Jung, « Pourtant, nous ne devrions pas nous contenter de rêver d’un avenir lointain, mais aussi regarder vers 2019 : à partir de cette date, il risque en effet d’y avoir une pénurie de fréquences pour les micros HF, une solution technique omniprésente dans les théâtres, les foires et salons, mais aussi lors des offices religieux ou des représentations dans les écoles maternelles. »

Christian Jung (au centre sur la photo), député FDP au Bundestag, a visité le Badisches Staatstheater de Karlsruhe. Il s’y est informé sur le système de sonorisation de cet établissement, où les productions sont réalisées avec des micros sans fil, les micros filaires appartenant désormais au passé. (Photo : Maximilian Scheu)

Pour que ce système fonctionne, chaque micro doit avoir sa propre fréquence, mais un grand nombre de fréquences normalement utilisées par ces appareils ont été vendues aux enchères aux opérateurs de téléphonie mobile et ne sont donc plus disponibles pour les micros HF. Les établissements concernés doivent acheter de nouveaux appareils ou, quand c’est possible, procéder à des modifications complexes de leurs plans afin que leurs représentations ou leurs manifestations ne soient pas perturbées. « C’est un cauchemar, non seulement pour Karlsruhe, mais pour l’ensemble du territoire national », estime Christian Jung, qui reproche au gouvernement allemand d’ignorer le problème. « Il ne suffit pas d’avoir un réseau de téléphonie mobile performant, nous avons aussi besoin d’un paysage culturel diversifié et en bonne santé. »

Christian Jung s’est d’abord informé sur le système de sonorisation du Badisches Staatstheater de Karlsruhe, où les productions sont réalisées actuellement avec des micros sans fil, les micros filaires appartenant au passé. Plusieurs ingénieurs du son et vidéo lui ont indiqué que les représentations théâtrales ne pouvaient utiliser que 24 micros sans fil, alors qu’elles en auraient besoin de quarante, avec les fréquences correspondantes. Les deux ventes aux enchères de fréquences aux opérateurs de téléphonie mobile organisées ces dernières années ont fait que le secteur de la culture dispose de moins en moins de fréquences. « En effet, les fréquences ne peuvent pas être affectées à deux utilisations à la fois. Afin d’éviter les conséquences négatives pour les théâtres, il faut empêcher la mise aux enchères de nouvelles fréquences nécessaires aux micros sans fil », a déclaré le député FDP.

Christian Jung a ensuite poursuivi sa journée d’information par une visite de la foire de Karlsruhe. Ses hôtes lui ont appris que la foire avait déjà dû acheter de nouveaux micros et récepteurs, car les fréquences nécessaires avaient été attribuées à la téléphonie mobile, alors que le gouvernement allemand avait promis le contraire. À ses interlocuteurs, désireux d’avoir la sécurité nécessaire à leur planification, Christian Jung a répondu en les assurant qu’il interviendrait en faveur des industries culturelles et créatives au Bundestag et au comité consultatif de l’Agence fédérale des réseaux. Si les fréquences nécessaires aux foires et salons venaient à manquer au Bade-Wurtemberg, les grandes manifestations pourraient se délocaliser à l’étranger et c’est ce qu’il faut éviter, a indiqué Christian Jung.

Christian Jung, qui siège au Bundestag pour les libéraux, s’est ensuite rendu à Karlsruhe-Neureut, chez Rock Shop, l’un des plus grands magasins d’instruments de musique et de matériel de sonorisation d’Allemagne, et Crystal Sound, un leader de la location de matériel événementiel. Là aussi, ses interlocuteurs lui ont parlé des difficultés que pose la pénurie de fréquences, par exemple pour les musiciens et les groupes, et lui ont, eux aussi, confié leur crainte de voir des fréquences supprimées au profit de la téléphonie mobile. Les représentants de Rock Shop et Crystal Sound ont parlé de catastrophe, car ils devraient alors « mettre à la casse » de nombreux appareils en parfait état de fonctionnement, et ont souligné que même des indemnisations ne serviraient à rien : ce dont les musiciens ont besoin, ce n’est pas d’argent, mais d’un nombre suffisant de fréquences.