Deux ans après l’incident consécutif à la construction du tunnel de Rastatt

Deux ans après l’incident consécutif à la construction du tunnel de Rastatt, il n’y a toujours aucun itinéraire alternatif fonctionnel disponible sur l’axe rhénan !

À deux ans de l’incident survenu à hauteur du tunnel de Rastatt-Niederbühl (12 août 2017), le député FDP au Bundestag Christian Jung, rapporteur du groupe parlementaire FDP pour le plan fédéral des infrastructures de transport, la logistique et le transport de marchandises a fait la déclaration suivante, lundi (12 août 2019), à Karlsruhe :

« Il est extrêmement regrettable que, deux ans après l’incident du tunnel de Rastatt-Niederbühl en 2017, la Deutsche Bahn [société des chemins de fer allemands] et le gouvernement fédéral n’aient toujours pas réussi à mettre en place, ou du moins à planifier, des itinéraires alternatifs fonctionnels pour l’axe rhénan entre Mannheim et Bâle, qui est l’une des lignes européennes les plus importantes du transport de fret et du trafic passagers sur longues distances. Il ne s’est rien passé. Le constat est le même pour les entreprises du secteur de transport ferroviaire affectées par l’incident de Rastatt, qui n’ont toujours pas été dédommagées.

Il est peu utile de savoir que les deux tunnels ferroviaires de Rastatt seront achevés en 2025, ou qu’un ‘manuel international’ a été élaboré afin de gérer une interruption de ligne prolongée, s’il n’existe pas de parcours alternatif fonctionnel et électrifié sur toute sa longueur passant par Stuttgart/Horb-Singen ou par l’Alsace. La Deutsche Bahn ne se considère pas compétente en la matière : c’est apparu clairement lors d’un récent événement organisé par la collectivité régionale Mittlerer Oberrhein [Karlsruhe]. Tout cela ressemble à la reconstruction d’une maison qui aurait brûlé, mais dans laquelle on n’installe pas de protection anti-incendie.

Or, nous aurions besoin, chaque jour, de parcours alternatifs fonctionnels, spécialement pour les trains de marchandises empruntant l’axe Rotterdam/Rhin-Ruhr-Mannheim-Bâle-Lombardie/Gênes, puisqu’il y a sans cesse sur cet axe des interruptions de ligne, de quelques heures ou de quelques jours, et que les charges accumulées sont alors transportées par camions sur les autoroutes. Peut-être faudra-t-il une nouvelle interruption prolongée de l’axe rhénan comme en 2017 pour que les responsables de la Deutsche Bahn, surtout eux, se réveillent ? L’interruption de ligne similaire qui a eu lieu en France, entre Modane et Saint-Jean-de-Maurienne, près de la frontière italienne, a montré que nous devons apporter des solutions à l’échelle européenne si l’objectif est de reporter des capacités de fret supplémentaires sur le rail. »